Catégories
Non classé

Mardi 24 mars – Nos nuits

Au douzième étage de la tour vit un insomniaque
A minuit, à trois heures, à cinq heures
Son minuscule appartement est éclairé

Depuis la fenêtre du mien
A minuit à trois heures à cinq heures
Je lui murmure des mots de nuit

Dans la solitude du monde noir
Les étoiles dessinent un chemin
Sur la voûte céleste

Nous écoutons le souffle des fantômes 
Le bruissement de la ville confinée
Le chant de l’oiseau perdu

Nous livrons nos corps à la paix de l’ombre
Jusqu’à ce que nos plaies se dissolvent
Dans l’oubli de nous-mêmes

C’est alors que surgit la créature 
La fille des secrets de Lune
Elle fuira avant l’aurore

Nous laissant seuls avec le jour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s