Catégories
Non classé

Samedi 9 mai – seul reste

Ce matin-là comme tous les autres, tu es partie au travail
Mais tu n’es jamais revenue.
Tu ne supportais pas le ciel trop bas, ce voile noir qui encombrait ton horizon.
Tant de rêves impossibles, tant d’espoirs jetés au feu, dans cette vie-là.

Tu es partie sans avertir personne, sans laisser ni mot, ni trace,
Tu as rejoint l’armée de ceux qui choisissent, un jour, de s’évaporer.
Derrière toi les braises ont refroidi lentement, la pluie a lavé les cendres,
Seul reste le souvenir de tes sourires incertains.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s